Accueil Actualités Pourquoi avons-nous faim après un repas copieux ?

Pourquoi avons-nous faim après un repas copieux ?

14 min temps de lecture
Commentaires fermés sur Pourquoi avons-nous faim après un repas copieux ?
0
290

Pourquoi avons-nous encore faim après
avoir pris des repas copieux – après les fêtes comme Noël ou
Thanksgiving par exemple ? Est-ce que trop manger « étire » votre estomac,
pour vous permettre de manger le lendemain ? Mais d’abord, quelle est
cette sensation de faim ? Le bruit que vous ressentez, qui vous pousse à
manger, est le résultat d’un certain nombre de changements
physiologiques à l’intérieur de votre corps.

 

Il est vrai que votre estomac change de taille lorsque vous avez
faim ou que vous êtes rassasiés. L’estomac se contracte au fur et à
mesure que le repas est digéré, pour aider à déplacer les aliments vers
les intestins. Il gronde lorsque l’air et la nourriture se déplacent. Il
gronde aussi lorsque la nourriture est poussée vers le bas, un
phénomène appelé borborygme, qui est souvent le premier indice que nous
avons faim.

Après le grondement, l’estomac se dilate à
nouveau pour se préparer à manger. Ce n’est pas vrai que manger étire
l’estomac. L’estomac est très élastique. La taille de l’estomac est
presque la même chez la plupart des gens – peu importe leur taille ou
leur poids.

Ce dont nous ne sommes peut-être pas
conscients, c’est la libération de nos hormones de la faim, qui sont
responsables de la sensation de faim et nous donnent le sentiment d’être
rassasiés.

On pourrait s’attendre à ce qu’une
hormone qui stimule la faim soit plus présente chez les personnes qui
mangent plus. Mais cette contradiction reflète probablement à quel point
notre système endocrinien est complexe.

Alors que
seulement trois hormones sont largement responsables de la sensation de
faim, une douzaine d’entre elles sont nécessaires pour nous rassasier.
Deux d’entre elles, le GIP et le GLP-1, sont responsables de la
stimulation de la production d’insuline pour réguler le métabolisme des
glucides.
Plusieurs autres hormones sont impliquées dans le ralentissement du
mouvement des aliments à travers notre estomac, pour donner à notre
corps le temps de digérer les aliments. Pour les personnes obèses, il se
peut que des taux élevés d’insuline, nécessaires pour métaboliser un
régime riche en glucides, inhibent la production de ghréline – hormone
digestive qui stimule l’appétit.

Deux des hormones
sont essentielles pour réduire la sensation de faim : la CKK et la PYY.
Chez les patients qui ont un anneau gastrique, ce qui réduit la taille
de l’estomac, la PYY est particulièrement élevée. Cela contribue à une
perte d’appétit.

Même si votre estomac est doté d’un
système hormonal permettant d’informer votre cerveau lorsqu’il est vide,
ce système est souvent renforcé par l’association des moments de la
journée avec la sensation de faim. Ainsi, même si vous avez pris un
déjeuner copieux, il se peut que vous ayez encore faim au souper.

« Si vous prenez à plusieurs reprises un morceau de chocolat ou des
chips après le dîner, lorsque vous vous asseyez sur le canapé pour
regarder la télévision, (?) vous ressentez une envie de fumer », dit
Karolien van den Akker, chercheur à l’Université de Maastricht
(Pays-Bas). « Cela peut même se produire quand vous êtes rassasiés, quand
vos réserves d’énergie sont pleines. »

La
suralimentation n’est pas mauvaise en soi, dit van den Akker.
Contrairement au diagnostic clinique d’hyperphagie boulimique, où de
très grandes quantités de nourriture sont consommées en très peu de
temps, souvent associées à des sentiments de dégoût, de culpabilité ou
de honte, la suralimentation peut simplement être considérée comme une
habitude qu’on aimerait perdre.
Lorsque nous apprenons à associer les propriétés gratifiantes des
aliments, en particulier les aliments riches en sucre, à des moments,
des odeurs, des visions et des comportements précis, le souvenir de
cette sensation est activé et vous commencez à avoir envie de manger.
Cela déclenche alors non seulement des réactions psychologiques, mais
aussi physiologiques, comme la salivation.

Vous
connaissez peut-être le chien de Pavlov – une expérience au cours de
laquelle une cloche sonne à l’heure des repas pour qu’un chien associe
la cloche à la réception de nourriture. Finalement, le chien salive au
son de la cloche. Les humains ne sont pas beaucoup plus  »sophistiqués »
que les chiens à cet égard.

Dans une autre
expérience, on a montré aux gens des formes simples – des cercles et des
carrés. Quand ils ont vu les carrés, on leur a donné un morceau de
chocolat et ils ont ensuite commencé à avoir envie de chocolat chaque
fois qu’on leur a montré les carrés à nouveau. Tout comme les chiens,
les humains peuvent être conditionnés à s’attendre à une alimentation
basée sur de simples indices.

« Ces associations se
développent rapidement, et même avec de petites quantités de chocolat, 1
ou 2 grammes par exemple », dit van den Akker. « Il semble assez facile
d’acquérir ces désirs, mais il est difficile de s’en débarrasser. Votre
corps se souvient qu’à un moment donné, vous avez mangé du chocolat.
L’envie peut facilement se transformer en envie quotidienne – même après
seulement quatre jours de répétition. »
Parfois même notre humeur peut devenir le déclencheur du
conditionnement. Les gens disent souvent qu’ils ont moins de maîtrise
d’eux-mêmes s’ils sont de mauvaise humeur ou fatigués. « Dans ce cas, les
émotions peuvent être directement associées à des aliments savoureux,
de sorte que la mauvaise émotion pourrait prédire l’état de manque »,
explique van den Akker.

En principe, toute humeur,
même positive, peut devenir un déclencheur d’envie, à condition qu’elle
soit constamment suivie de nourriture. Et il a été démontré à maintes
reprises que nous mangeons plus quand nous sommes en compagnie d’amis.

Même lorsque vous contrôlez votre propension à
l’alcool, le temps que vous passez à table et bien d’autres facteurs,
vous mangez davantage lorsque vous êtes en groupe. Peut-être parce que
le plaisir de la compagnie rend plus difficile notre contrôle de la
quantité de nourriture à prendre. Même les gens assis dans un
laboratoire, qui mangent un bol de pâtes, mangeront plus s’ils ont un
ami à qui parler.

Cette perception a des implications
pour briser de mauvaises habitudes alimentaires, aussi. « Quand nous
essayons d’aider les gens à manger moins, nous leur apprenons que manger
quelque chose de bon une fois ne signifie pas qu’il faille le faire
aussi les jours suivants », dit van den Akker. C’est important parce que
d’autres études montrent qu’il suffit de briser une fois une bonne
habitude alimentaire pour retomber dans une mauvaise habitude.

Il n’est donc peut-être pas surprenant de constater à quel point
nous avons faim après un repas copieux en famille et entre amis. Nous
avons encore faim le lendemain – ou même plus tard durant la même
journée – non pas parce que notre estomac s’est « étiré », mais parce que
nous avons pris l’habitude de trop manger lors d’occasions spéciales.
Si notre cerveau
voit tous les indices – les odeurs, les vues, les sons – associés à un
grand repas, le lendemain d’un festin comme Noël, alors il commence à
nous préparer au repas suivant.

Source : Autre Presse

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Zahara Ndiaye
Charger plus dans Actualités
Comments are closed.

LIRE AUSSI

Grève aux conséquences multiples des greffiers : Ahdis joue aux pompiers

L’Action humaine pour le développement intègre du Sénégal (Ahdis) décide de jouer aux pomp…