Accueil Actualités Ousmane Sonko a encore perdu des occasions de se taire (Abdoulaye Doumbya de la CCR)

Ousmane Sonko a encore perdu des occasions de se taire (Abdoulaye Doumbya de la CCR)

6 min temps de lecture
0
0
64

Les dernières sorties d’Ousmane Sonko oscillent entre amnésie volontaire et mauvaise foi. On a l’impression de se répéter à chaque fois que nous nous livrons à cet exercice tant le bonhomme est coutumier des faits d’escroquerie intellectuelle et de médisances.

Le 23 juin dernier, il a joint sa voix aux manifestations d’indignation – dont la nôtre – relatives à la violence policière exercée sur les populations de la cité Gadaye parmi lesquelles des mères de famille. Nous nous serions félicités d’une telle prise de position si elle n’était seulement mue par un souci de positionnement et d’instrumentalisation. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler à Sonko atteint d’amnésie volontaire, ses propos d’hier. N’est ce pas lui qui proposait sur sa page Facebook (aujourd’hui il a effacé du réseau social toute trace de cette déclaration) de soumettre des suspects à « un interrogatoire poussé afin de remonter aux véritables criminels, c’est à dire leurs crapuleux commanditaires ».

Le moralisateur disait alors que la police devrait torturer des individus accusés de meurtres – présumés innocents, faut-il préciser – pour leur soutirer des aveux en vue de démasquer d’éventuels commanditaires. C’est cet homme qui se veut aujourd’hui chevalier blanc en guerre contre les violences policières. Cherchez l’erreur.

L’autre sortie malheureuse, mais malheureusement pas surprenante venant de lui car habituelle, est relative au personnel soignant. Le gouvernement du Sénégal, à travers le ministère de la santé et de l’action sociale, a introduit un projet de loi qui vise à formaliser le nouveau cadre institutionnel des structures de transfusion sanguine, de définir les responsabilités administratives et pénales des donneurs et receveurs, ainsi que les conditions générales de la pratique transfusionnelle et de l’approvisionnement en médicaments et dérivés du sang.

Nous savons que le Sénégal est toujours confronté à un manque de sang, qui met en danger la vie de nos concitoyens . Le ministère de la santé veut à travers cette loi optimiser les conditions d’une meilleure disponibilité et une sécurité transfusionnelle sur l’ensemble du territoire national.
C’est ainsi que les députés ont adopté une résolution en hommage aux personnels de santé en lutte contre la Covid19 mais surtout pour cette avancée significative de la disponibilité du sang à tous les niveaux afin de régler définitivement le manque de sang au Sénégal.
Dans ce contexte, Ousmane sonko est encore sorti de cette réserve qu’il n’aurait pas dû quitter, pour s’adonner à son activité favorite, la politique politicienne, et parler de « résolution de la honte ».

A Sonko, je pose quelques questions.

Depuis le début de la pandémie quel acte a-t-il posé pour l’éradiquer, à part parler?
Pourquoi ne respecte -t-il même pas les mesures barrières alors qu’il devrait montrer l’exemple? En effet, nous avons vu des images de lui faisant une communication risible sur la corniche-ouest sans masque, sans distanciation physique, en train de jouer avec des jeunes et ainsi les exposer à la maladie.
Je m’en vais conclure par une question qu’on ne devrait pas poser à un opposant responsable : en quoi le fait d’encourager le personnel soignant est-il une honte ?

Abdoulaye Doumbya :
Membre de la Convergence des Cadres Républicains (CCR).

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de snap221
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

L’Ige révèle les petites magouilles d’un ministre

iGFM- (Dakar) Ce sont, parfois, des pratiques très scandaleuses qui se déroulent dans les …