Accueil Actualités Nîmes Olympique : le gros point mercato de Bernard Blaquart

Nîmes Olympique : le gros point mercato de Bernard Blaquart

18 min temps de lecture
0
0
51

Le Nîmes Olympique de la montée n’est plus… vive le Nîmes Olympique ! Parvenu à conserver l’ossature qui lui avait permis de retrouver la Ligue 1 en 2018, après 25 ans de purgatoire, le Nîmes Olympique a réalisé une saison pleine et terminé à une très belle 8e place pour son retour dans l’élite. Mais un an seulement après avoir retrouvé la Ligue 1, le club gardois avait finalement choisi de laisser filer les artisans de son succès. Rachid Alioui (17 buts, 5 passes décisives en 2017/2018) avait rejoint Angers, tout comme Sada Thioub (4 buts, 4 passes décisives), Umut Bozok (24 buts, 3 passes décisives) avait lui pris la route de Lorient, alors que Téji Savanier (4 buts, 9 passes décisives) avait lui rejoint Montpellier, au moment où le gardien, Baptiste Valette (29 matches en 2017/2018) s’était lui engagé en faveur de l’AS Nancy-Lorraine. Prêtés, le Rennais Romain Del Castillo et le Niçois Olivier Boscagli étaient rentrés dans leur club respectif, laissant le NO sans trop de certitudes. Un chambardement sur lequel le coach nîmois, en poste depuis novembre 2015, est revenu au cours d’une émission spéciale du 11 de Nîmes, diffusée sur YouTube, avant d’évoquer les dossiers chauds du prochain mercato.

La suite après cette publicité

Théo Valls sur le départ, le capitaine Anthony Briançon aussi ?

Formé au club où il arrive en fin de contrat en juin, le milieu de 24 ans Théo Valls ne devrait pas être conservé par le Nîmes Olympique cet été. «Théo est libre de partir, il ne s’est pas entendu avec le club. J’aurais aimé qu’il reste. C’est un garçon sur lequel on peut compter. Il est là depuis des années, il a une bonne mentalité, c’est un pur Croco, formé au club. Cela fait une quinzaine d’années qu’il est là. C’est toujours dommage de voir partir des garçons comme ça. Ça ne s’est pas fait. Il n’y a pas eu d’accord entre le club et lui. Je le regrette un peu, bien sûr. C’est toujours un peu triste de voir des joueurs partir, alors qu’ils ont la mentalité nîmoise», a expliqué le coach du Nîmes Olympique. Parmi les derniers survivants de l’épopée de la montée, le capitaine, Anthony Briançon, pourrait lui aussi aller voir ailleurs. Le coach tente de se mettre à sa place. «C’est le capitaine, ça va faire 8 ans qu’il est au Nîmes Olympique. C’est un pilier de l’équipe, un leader. Il a 25 ans, est-ce qu’il aspire à grandir, à évoluer dans un club plus huppé ? J’aurais tendance à dire que c’est le bon moment, même si j’espère qu’il va rester à Nîmes. Pour lui, pour son évolution de carrière, je le comprendrais, après ce serait vraiment dommage, il a encore deux ans de contrat à Nîmes aussi. Il faut que tout le monde y trouve son compte.» Et d’ajouter qu’il ignore si le joueur souhaite rejoindre Montpellier et que le Stade Rennais lui faisait les yeux doux l’an passé.

De la concurrence dans le dossier Bernardoni, un autre gardien recherché

Paul Bernardoni (23 ans) va-t-il poursuivre l’aventure à Nîmes, où il était prêté par les Girondins de Bordeaux ces deux dernières saisons ? Au regard du prix demandé par les Girondins pour leur gardien de 23 ans (7,5 M€), et face à la concurrence de clubs, comme le SCO Angers, l’affaire paraît compliquée. Mais pas impossible. Pour Bernard Blaquart, tout est question de vision à long terme. « Paul, sa cote monte ! Je sais que Bordeaux en demande beaucoup. Angers n’est pas loin de ce que demande Bordeaux. La question que Nîmes doit se poser est : “est-ce que pour un garçon comme ça, on dit qu’on ne peut pas s’aligner, ou est-ce qu’on fait un effort en pensant que dans un an ou deux ça vaudra encore plus”. Même un garçon cher, si dans quelques temps il est encore plus cher, vous êtes gagnants. Maintenant, il ne faut pas faire de folie non plus », a expliqué l’entraîneur des Crocos, qui pense que le principal intéressé a lui envie de rester dans le Gard. « Je pense que s’il avait une possibilité de rester il resterait. Parce que ce n’est pas un voyageur, il aimerait se fixer dans un club et en a un peu marre d’être prêté », a ajouté son coach, qui pense que la relève, Lucas Dias (21 ans, 5 apparitions), « sans aucun doute le futur gardien du Nîmes Olympique », est encore tendre, et assure qu’il faudra un gardien au NO en vue de la saison prochaine.

L’option d’achat de la satisfaction Yassine Benrahou en passe d’être levée

Récemment, certains médias annonçaient imminente la levée de l’option d’achat de Yassine Benrahou (21 ans) par le Nîmes Olympique. Mais rien d’officiel pour le moment. Sous le charme du milieu bordelais, le coach nîmois a rassuré les supporters. « Il y a une date butoir et pour le moment, nous n’y sommes pas arrivés. Il y a une volonté de la part du club de le conserver, puisque la clause libératoire n’est pas énorme. C’est dans les clous pour les finances du club. Il y a une volonté du garçon de rester chez nous. Donc je pense que c’est un dossier qui se fera en temps voulu, sans aucun problème. » Un joueur qui a changé le NO en deuxième partie de saison. «Sur les deux mois, Yassine Benrahou a eu un rôle très très important dans le maintien. Evidemment pas que lui. Il a déclenché beaucoup de choses au sein de l’équipe. Le voir arriver, puis ensuite Nolan Roux, cela a fait un bien terrible, moralement, à toute l’équipe. Et il a apporté sur le terrain en étant décisif. Avec lui, on retrouvait enfin un bon tireur de coups de pied arrêtés. Parce qu’en perdant Téji Savanier et Antonin Bobichon, on avait perdu en qualité et on a retrouvé ça avec lui. (…) C’est vraiment un joueur qu’on n’avait pas. Je me suis plaint du manque de joueurs à certains postes et lui, c’était le style de joueur qu’il nous fallait absolument», a expliqué un Bernard Blaquart très élogieux envers le futur ex-Girondin.

Faire confiance à des joueurs qui ne sont peut-être pas les plus doués au départ

Au cours de l’émission, un intervenant proche du club a également évoqué la prolongation de contrat prochaine du milieu offensif Lucas Buades. Passé pro l’été dernier, le joueur génération 1997 s’est vu offrir 9 apparitions dans le groupe pro de Bernard Blaquart cette saison. Le coach a d’ailleurs évoqué le joueur de 22 ans. « C’est un attaquant un peu comme Renaud Ripart, qui peut jouer partout sur les côtés, avec d’énormes qualités athlétiques malgré un tout petit gabarit. Je pense qu’il faut encore insister avec un garçon comme ça. Parce qu’on n’est pas à l’abri d’une très bonne surprise », a expliqué Blaquart, pour qui l’âge n’a que peu d’importance. « Une chose m’a toujours surpris dans le football. À dix-neuf ans bien souvent on tranche. On décide si le garçon sera professionnel ou pas. On lui fait signer un contrat ou pas. Je pense qu’un garçon peut arriver à maturité un peu plus tard, notamment des joueurs comme ça, qui ne sont peut-être pas les plus doués au départ mais qui compensent par beaucoup de choses. À 22 ou 23 ans, on n’est pas encore vieux, et vers 23, 24 ans il y a encore une marge de progression énorme, » a expliqué le coach.

Ne pas répéter les erreurs du passé

L’été dernier, Bernard Blaquart n’a pu empêcher la fuite de ses talents. Cette année, le coach prend ses précautions. « Le tout, c’est que nous on s’y retrouve. Et que ce soit programmé. Des départs programmés. Tous les ans, vous faites partir un ou deux joueurs qui ont une cote financière. Cela permet au club de faire rentrer un peu d’argent. En anticipant. Tel joueur a un bon de sortie cette année. Toi, tu veux partir mais tu auras ton bon de sortie que l’année prochaine. Il faut à un moment donné taper du poing sur la table et dire “lui il peut, lui il ne peut pas”. Il faut être logique, sinon on fout tout en l’air. (…) L’année dernière, on a perdu 16 joueurs, on a perdu 8 titulaires, il ne faut pas arriver à cette situation-là. Il faut garder deux ou trois joueurs importants. Le club a quand même de la chance de pouvoir tout maîtriser. Parce qu’à part Paul Bernardoni et Nolan Roux, tous les autres sont sous contrat. Le club est en bonne position. » L’été dernier semble loin derrière, à Nîmes, où Bernard Blaquart apparaît aujourd’hui apaisé. « On a failli se foutre en l’air à cause de ça. C’est peut-être un manque de communication. Moi, je n’ai pas été assez convaincant. Quand j’ai alerté, c’était peut-être trop tard ou pas de la bonne manière. On a eu une chance terrible de récupérer ça sur la deuxième partie de saison, mais on ne l’aura pas tout le temps », a conclu le coach, au terme d’un entretien passionnant.
FootMercato

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Moise Sambou
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

Aliou Sall testé positif ….Comment le chauffeur de son épouse Aissata Sall a chopé le virus Corona

En principe c’est le chauffeur de son épouse Aissata Sall, qui a chopé le virus Corona, en…