Accueil Actualités L’amour commence après 3 ans : les véritables conseils pour faire durer son couple

L’amour commence après 3 ans : les véritables conseils pour faire durer son couple

11 min temps de lecture
0
0
24

Et si l’amour ne « durait pas 3 ans » mais démarrait après 3 ans ? C’est le propos de la psychologue Camille Rochet, auteur de « L’amour commence après 3 ans » (éd. InterEditions), un ouvrage complet qui véhicule de véritables conseils pour réinventer son couple et faire durer sa relation. Entretien en trois questions.

En 1997, Frédéric Beigbeder publiait « L’amour dure 3 ans », aux éditions Grasset. « Un titre qui est devenu un adage », selon Camille Rochet, psychologue, qui a choisi de rebondir et propose aujourd’hui un guide amoureux pour développer son équilibre personnel et conjugal sur le long terme. Dans son ouvrage L’amour commence après 3 ans (éditions InterEditions), l’auteur s’intéresse à l’écologie du couple et nous donne les clés nécessaires à la durabilité de la relation.
Sur le même sujet
.
En relation amoureuse, nous avons bien un « type »

TOPSANTE.COM : Pourquoi l’amour commence-t-il après trois ans, selon vous ?

CAMILLE ROCHET : Trois ans, c’est arbitraire. Pour certains couples, c’est six mois, pour d’autres cinq ans. Mais l’idée est la même : arrive toujours un moment où il faut transformer le sentiment amoureux en amour. Au départ, on tombe amoureux, l’amour est presque subi, on ne le commande pas, on ne choisit pas l’engagement, jusqu’au jour où nous devons choisir d’aimer l’autre. Bien sûr, il est souhaitable qu’au fil des années, cet amour « subi » revienne par touches, au cours d’un week-end à deux ou lors de moments intimes, par exemple. C’est important.

Mais cet amour spontané, qui s’impose sous forme d’excitation et nous fait du bien, ne suffit pas à penser que l’on est avec la bonne personne et à faire durer son couple. Il nous faut développer cette autre partie de la relation qui traverse le temps et entendre que la flamme qui s’est allumée un jour entre nous mérite d’être accompagnée. Trois ans, c’est donc un moment de bascule, délai à partir duquel l’amour démarre vraiment, car il nous demande un investissement, du travail.

TOPSANTE.COM : Quels conseils « modernes »pourrait-on donner pour entretenir sa relation actuellement ?

CAMILLE ROCHET : Dès les premières pages de mon livre, je traite de l’impact des réseaux sociaux sur la relation amoureuse. Sur les réseaux sociaux, on idéalise la vie des autres et la nôtre nous semble fade. Ça marche aussi avec notre couple : pourquoi les autres couples nous paraissent-ils mieux que le nôtre ? Il faut prendre du recul face aux contenus partagés par les autres, mais surtout apprendre à s’en servir, car tout n’est pas à jeter.

Généralement, quand on parle d’amour et du couple, on se concentre sur les problèmes, les choses qui ne vont pas. Nous devrions plutôt nous inspirer de ce qui va, et en ça les réseaux sociaux peuvent être utiles. La créativité des autres couples est parfois inspirante : on découvre une adresse sympa à tester, une activité à essayer à deux… L’essentiel étant d’adapter ces idées à notre fonctionnement à nous, sans chercher à devenir le couple que l’on découvre en images sur Instagram. Mais notre société moderne n’est pas seulement hyper connectée. Je pense, aussi, à l’impact des combats féministes sur le couple. Je ne les remets aucunement en question. Je remarque simplement que certaines femmes, par loyauté, s’emparent parfois d’un problème qu’elles transposent dans leur couple, sans se demander si oui ou non, ce problème les touche personnellement. Surviennent alors une image négative du partenaire, des questions sur la répartition des tâches qui sont peut-être bien réparties chez nous… Rappelons que l’on peut se battre pour les droits des femmes sans forcément être concernée au premier plan. Toutes les femmes n’ont pas la même charge mentale, l’essentiel étant de discuter avec son ou sa partenaire pour agir sur son couple, et selon ses besoins.

TOPSANTE.COM : Dans votre livre, vous insistez sur l’importance du pardon, et celle de laisser à l’autre l’opportunité de s’améliorer. Qu’est-ce que ça signifie exactement, au quotidien ? Comment appliquer cela ?

CAMILLE ROCHET : On ne devrait jamais se coucher en ayant, au fond du cœur ou de la tête, le poids d’une contrariété. Cela ne veut pas dire qu’il faut toujours tout dire à l’autre, mais quand on ne se sent pas à l’aise avec un événement dans la journée, un mot de travers, une attitude déplaisante de notre partenaire, il est important de le dire, sinon, plus tard, lors d’un souci plus « lourd », tout va ressortir. En gardant les choses, on empêche également notre conjoint de faire un effort. Il aurait pu nous dire pardon et aiguiser son attention.

En partageant ce que l’on a sur le cœur, on donne à l’autre l’occasion de demander pardon et de changer, ce qui permet de travailler la confiance dans le couple. Il est important de laisser une chance à l’autre, continuellement. On croit toujours connaître l’autre, on pense qu’il va réagir comme ça, ou comme ça. Or, il est un être humain, qui évolue. En nous ouvrant à lui, on lui prouve notre bienveillance : on croit en son écoute, en ses efforts. On lui redonne sa liberté et on garde la nôtre : celle de faire avec nos émotions et ne pas les enfouir « pour que tout se passe bien ».

A lire aussi :

L'égoïsme en couple, c'est quoi ?
Couple libre : est-ce que ça marche vraiment ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

Bonjourdakar

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Khady Fall
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

Maladie de Lyme : un vaccin attendu en 2025

L’essai clinique du vaccin contre la maladie de Lyme sur lequel travaille le laboratoire f…