Accueil Actualités Huawei serait à la solde de l’armée chinoise, selon l’administration Trump

Huawei serait à la solde de l’armée chinoise, selon l’administration Trump

6 min temps de lecture
0
0
51

Le ministère de la Défense américain affirme également que China Mobile et China Telecom sont soutenus par l’Armée populaire de libération chinoise.

Selon l’agence Reuters, qui cite un document interne du ministère américain de la Défense, Huawei est détenu ou contrôlé par l’armée chinoise. L’administration Trump a transmis au Congrès des Etats-Unis un rapport contenant les noms de 20 entreprises chinoises qui, selon elle, sont soutenues par l’Armée populaire de libération.

Cette désignation par le Pentagone permet au président américain de déclarer une urgence nationale et de sanctionner les entreprises mentionnées si elles opèrent aux États-Unis. Outre Huawei, China Mobile Communications Group, China Telecommunications et Hikvision Digital Technology figurent sur cette liste.

Un haut fonctionnaire de l’administration a confirmé ces informations, et Jonathan Rath Hoffman, assistant du secrétaire à la Défense pour les affaires publiques, a admis que le ministère de la Défense a produit une liste des « entreprises militaires communistes chinoises » conformément à la section 1237 du National Defense Authorization Act. Y figurent des entités détenues ou contrôlées par le gouvernement chinois, l’industrie militaire ou de défense, ou affiliées à ces derniers.

« Alors que la République populaire de Chine tente de brouiller les frontières entre les secteurs civil et militaire, « connaître son fournisseur » est essentiel », a estimé Jonathan Rath Hoffman. « Cette liste sera un outil utile pour le gouvernement américain, les entreprises, les investisseurs, les institutions académiques et les partenaires de même sensibilité pour mener à bien la diligence requise en ce qui concerne les partenariats avec ces entités ».

Hikvision conteste les accusations

Hikvision a accusé les États-Unis de mal appliquer « une disposition jamais utilisée d’une loi vieille de 21 ans ». « Non seulement Hikvision n’est pas une « société militaire chinoise », mais elle n’a jamais participé à des travaux de R&D pour des applications militaires », a déclaré l’entreprise dans un communiqué. « Hikvision a toujours essayé de coopérer pleinement et de manière transparente avec le gouvernement américain pour répondre aux questions et corriger les malentendus concernant la société. Hikvision continuera à essayer de travailler avec le gouvernement américain pour résoudre toutes ces questions ».

Huawei, China Mobile et China Telecom n’ont pas encore faite de commentaire.

Cette information fait suite aux accusations de la CIA selon lesquelles Huawei aurait reçu il y a plus d’un an des fonds de la Commission de Sécurité Nationale chinoise, de l’Armée de libération du peuple et d’une troisième branche du réseau de renseignement de l’État chinois.

En mai dernier, l’administration Trump a inscrit Huawei sur la « liste d’entités » des États-Unis qui répertorie des entreprises susceptibles de représenter un danger pour la sécurité nationale et avec lesquelles les sociétés américaines ont interdiction de commercer. Par ailleurs, le président Donald Trump a signé un décret ciblant directement Huawei en raison de ses liens supposés avec le gouvernement chinois. Des accusations que l’entreprise a niées à plusieurs reprises.

Rewmi.com

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Abibatou Ba
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

JO de 2000: Patrick Mboma remonté contre son ancien coéquipier Serges Branco

L’ancien N°10 des Lions Indomptables du Cameroun a traité son compatriote de mythomane inv…