Accueil À La Une Côte d’Ivoire : Et si la fraude présumée sur la nationalité dans le Moronou n’était que la face visible de l’iceberg ?

Côte d’Ivoire : Et si la fraude présumée sur la nationalité dans le Moronou n’était que la face visible de l’iceberg ?

14 min temps de lecture
0
0
125

Flagrant délit de fraude sur la nationalité ivoirienne dans la Coordination RHDP du Moronou. C’est ce qui ressort de l’article publié par Afrikisoir.net et repris, hier, par certains journaux. Une révélation à donner froid dans le dos tant les faits sont grotesques. Des fiches d’identification estampillées « RHDP Coordination de la région du Moronou » sont distribuées à des non-Ivoiriens aux fins de leur identification pour l’obtention de la Carte nationale d’identité qui leur permettrait de prendre part aux élections en Côte d’Ivoire. Quelle affaire !

Un ressortissant burkinabé en témoigne : « Nous avons été approchés par des jeunes qui nous ont demandé si nous disposons de CNI ivoiriennes. Et ces derniers ont promis de nous aider à obtenir des CNI si nous nous inscrivons sur leur fiche d’identification ». Selon ce patriarche de plus de 70 ans, de nombreux jeunes de même nationalité que lui ont été inscrits sur ces fiches afin d’obtenir la CNI ivoirienne. Et la présentation de ces fiches fait apparaître des documents portant le logo du RHDP Coordination du Moronou dont le premier responsable n’est autre que l’Inspecteur général d’Etat, Théophile Ahoua N’Doli.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Un président d’institution de Ouattara impliqué dans un réseau de fraude sur la nationalité évoque un « sabotage » interne au RHDP

Ce dernier crie au « sabotage » du processus mis en place dans sa région et promet de démasquer les auteurs de tels actes. « (…) Il n’a jamais été question d’aller donner ces fiches à des non-Ivoiriens pour les enrôler sur la liste des militants du Rhdp », fait-il savoir avant de conclure : « La Coordination RHDP du Moronou décline totalement toute responsabilité dans cette démarche. De toutes les façons, nous travaillons présentement à les démasquer ». Avant même que le citoyen Lambda ne démasque son malfaiteur, il revient aux forces dont c’est la mission régalienne de le faire. Je pense au Procureur de la République et à tous ses démembrements toujours prompts à sévir lorsqu’il s’agit d’une catégorie d’Ivoiriens.

Démasquer des faussaires qui n’ont jamais porté de masque

La fraude sur la nationalité, devenue fait banal en Côte d’Ivoire depuis 1994, et toujours imputée à un parti politique qu’on n’a plus besoin de citer tant il est connu des tous en la matière, est un acte suffisamment grave dans un Etat de droit. Malheureusement, la fraude sur la nationalité s’organise de façon pernicieuse parfois au vu et au su de tous. Et dès qu’on découvre un cas comme celui du Moronou, tout le monde verse des larmes de crocodile. On s’émeut comme le fait Ahoua N’Doli et on promet de démasquer les auteurs qui, du reste, n’ont jamais porté de masque.

Fraude nationalité Moronou
Théophile Ahoua N’Doli, président de l’IGE le 14 novembre 2019

Comment les faussaires peuvent-ils s’inquiéter lorsque le porte-parole du RHDP, parti au pouvoir, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, peut les rassurer en ces termes : « Nous au RHDP, on n’a pas peur d’enrôler des étrangers pour constituer notre électorat » ? Y a-t-il meilleure exhortation que celle-ci? Conséquence d’une telle déclaration, les militants du Rhdp, cadres ou militants de base, se croient désormais investis d’une mission, celle de tout mettre en œuvre pour enrôler le maximum d’étrangers pour en faire des militants du RHDP.

Fraude sur la nationalité dans le Moronou

C’est ce que pensent devoir faire les différentes Coordinations du RHDP sur le terrain. De l’Est à l’Ouest ; du Nord au Sud. En passant par le Centre. De sorte que le cas du Moronou, dénoncé par Afrikisoir.net, pourrait être la face visible de l’iceberg. C’est-à-dire une petite partie d’une réalité plus grande et plus alarmante. Au moment où toute la Côte d’Ivoire est préoccupée par le Coronavirus, qui décime le monde entier, certains acteurs politiques trouveraient ce temps propice à des opérations frauduleuses pour se faire des électeurs non-Ivoiriens. Le pays profond ne pouvait qu’être le terrain favori à de telles opérations illégales, loin des regards des autorités enfouis dans les décomptes macabres des victimes de la Covid-19.

Quelle fonte ! Mais au-delà de la honte, qui relève de l’émotion, que prévoit la législation ivoirienne contre ces faussaires qui ne font que créer les conditions de troubles à chaque période électorale ? C’est sur ce terrain que les autorités judiciaires ivoiriennes sont attendues plutôt que de s’acharner contre des citoyens qui ne font que leur mission d’opposants. Le septuagénaire burkinabé a avoué que plusieurs de ses compatriotes ont été inscrits sur les fiches d’identification dans le Moronou.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Après Niamkey Koffi, Bernard Ehouman, autre cadre du PDCI, viré par Ahoua N’Doli

« Ne vous mêlez pas des élections en Côte d’Ivoire »

En faisant cette dénonciation, le patriarche burkinabé a encore à l’esprit la mise en garde de l’ambassadeur de son pays, S.E Mahamadou Zongo qui, le 1er février dernier, recommandait aux Burkinabè résidant en Côte d’Ivoire : « Ne vous mêlez pas des élections en Côte d’Ivoire ». C’était lors d’une réunion à la salle des fêtes d’Agboville. 

Si hier, des ressortissants Cedeao pouvaient se laisser prendre au piège de certains acteurs politiques ivoiriens qui les utilisaient comme des bétails électoraux, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui ont compris qu’ils peuvent vivre en paix dans ce pays sans s’ingérer dans les questions politiques. Surtout qu’ils se sont rendus compte que ceux qui les utilisent pendant les élections, sont ceux-là mêmes qui leur arrachent le pain de la bouche une fois parvenus au sommet de l’Etat.

Les milliers d’habitations et autres petits commerces déguerpis par la ministre Anne Ouloto et ses hommes, au nom du gouvernement, sont une preuve de cette gouvernance à visage inhumain. Ivoiriens et non-Ivoiriens sont pour la plupart les larmes aux yeux sous le régime Rhdp. Ils ont beaucoup perdu. Voire tout perdu pour certains. Ils n’ont plus envie de remettre entre les mains des mêmes impitoyables gouvernants les armes avec lesquelles ils viendront les affamer au nom d’une hypothétique salubrité qui n’existe que de nom.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Quand le président Bédié dénonçait les fraudes massives sur la nationalité, il s’est trouvé des membres du gouvernement, notamment le porte-parole, pour le menacer de poursuite judiciaire. Voici que sous leurs yeux, des militants RHDP n’en pouvant plus d’assister passifs à de telles forfaitures, ont décidé de crever l’abcès. Et Ahoua N’doli de parler de « sabotage ». Quoi qu’il en soit, l’opposition est avertie et gagnerait à redoubler de vigilance plutôt que de se répandre dans les journaux, chacun s’érigeant en journaliste au lieu d’investir le terrain là où ils sont attendus par les militants de base. L’opposition politique est un acte de terrain, d’âpreté. Et non d’intellectualisme feutré et abstrait où chacun veut se montrer le plus savant.

ABEL DOUALY

Fraude nationalité Moronou, Fraude nationalité Moronou

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<a href="https://www.afriksoir.net/affaire-fraude-nationalite-moronou-et-si-ce-etait-face-visible-iceberg/"Afriksoir

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Idy
Charger plus dans À La Une

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

Pour avoir recouvré la santé, le président du Sénat Marcel Niat Njifenji organise un culte d’action de grâce

Dimanche 12 juillet 2020 à Bagangté dans la région de l’Ouest, le président de la chambre …