Accueil À La Une BASKET – Limitation des mandats à la Fédé : Me Babacar Ndiaye plaide la modification des textes

BASKET – Limitation des mandats à la Fédé : Me Babacar Ndiaye plaide la modification des textes

15 min temps de lecture
0
0
61

Invité du «Club de la presse» de l’Anps, le président de la Fédération sénégalaise de basket est contre la limitation des mandats des membres du Comité directeur. Me Babacar Ndiaye, qui plaide pour la révision des textes, s’est aussi exprimé sur d’autres sujets. Entre autres, la suspension de Baba Tandian où il penche pour une décrispation.

Le président de la Fédération sénégalaise de basketball (Fsbb) est contre la limitation des mandats à deux, comme le stipulent les textes du basket. Par rapport à cette position, Me Ndiaye a argumenté hier, lors du forum de l’Anps via WhatsApp. «Sur ce point, nous devons être lucides et faire une analyse objective de la situation. Nous avons dans nos textes l’article 18 des Statuts de la Fsbb qui limite le mandat (4 ans) des membres du Comité directeur à deux. En clair, ce texte dit que les membres du Comité directeur sont rééligibles une seule fois. A y voir de près, on dirait que c’est une disposition politique qui a été transférée dans le sport, spécifiquement dans le basket. En effet, dans le domaine politique, on parle de limitation de mandats quand ces deux mandats sont consécutifs. Mais en politique, cela vous donne la possibilité de revenir après les deux mandats. Par contre le texte du basket, tel que c’est libellé, on ne peut pas revenir, même après avoir fait deux mandats. On sait que 8 ans ce n’est rien dans la carrière d’un dirigeant sportif. La conséquence est qu’on risque de perdre toutes les personnes ressources et hommes d’expérience dans une Fédération. Il faut voir que c’est une discrimination entre les différentes Fédérations parce qu’on ne trouve cette disposition qu’au basket», regrette Me Ndiaye.

«Ce n’est qu’au basket où on parle de limitation de
mandats»
Et le président de la Fsbb de poursuivre : «On ne peut pas constituer une exception non pas sénégalaise, mais mondiale. Nulle part et dans aucune discipline vous ne verrez une limitation de mandats des membres du Comité directeur. C’est une disposition qui viole la charte sportive, car il n’y a pas de texte règlementaire limitant les mandats des Fédérations. Même au niveau du Cnoss, il n’y a pas de limitation de mandats. Ce n’est qu’au basket où on parle de limitation de mandats. Si nous voulons que le Sénégal puisse avoir des dirigeants capables de percer sur le plan international, il faut les laisser travailler, percer, se faire un carnet d’adresses et acquérir de l’expérience pour pouvoir être élus. Si Abdoulaye Sèye, qui avait fait 20 ans à la tête de la Fsbb, avait été limité à deux mandats, il ne serait jamais président de Fiba-Afrique et de Fiba-Monde. Si Augustin Senghor était limité à deux mandats au sein de la Fédé foot, il ne serait pas aujourd’hui membre du Comité exécutif de la Caf.» Selon le patron du basket sénégalais, «cette question mérite d’être posée et il n’y a aucun texte qui interdit la révision de cette disposition. Les clubs sont souverains pour se prononcer. Le moment venu, cette question sera soumise à une Assemblée générale extraordinaire, mais il y aura aussi d’autres dispositions, car les textes méritent d’être revus.»

«Sur l’affaire Tandian, ma volonté est d’apaiser le climat pour que la famille du basket soit rassemblée»
Sur la suspension de 10 ans infligée à Baba Tandian, le président de la Fsbb est dans une logique de décrispation. Saluant la médiation entreprise par la présidente de la Zone 2, Rokhaya Pouye «Aya», il reconnaît «une discussion entre responsables». «J’avais dit au cours de cette rencontre que ma volonté est d’apaiser le climat, faire en sorte que toute la famille du basket soit rassemblée, mais aussi de respecter et de faire respecter la Fédération. J’avais donc promis de soumettre la question aux membres du Bureau. Je respecterai ma parole. Mais aujourd’hui, nous travaillons sur la fin de la saison. Dès que cette question sera réglée, je convoquerai une réunion de Bureau pour étudier cette affaire», a-t-il promis.
Concernant le poste de secrétaire général, toujours sans titulaire depuis deux ans, Me Ndiaye informe «avoir pris la précaution à l’époque d’informer la Fiba de cette situation». S’ap­puyant sur la proposition du ministre des Sports de laisser un tel choix à la Fédération, il révèle son intention de promouvoir l’actuel Sg-adjoint, Ibrahima Niang, au poste de titulaire. «Je crois qu’il peut tenir le poste et il n’est pas exclu que je propose au ministre et au Daps de le confirmer.»

«Le bilan de l’Afrobasket féminin a été remis à la tutelle»
Quid du bilan de l’Afrobasket féminin 2019, réclamé depuis par le monde du basket ? «A la fin de l’Afrobasket, nous avons bien dressé un bilan. Il faut noter que cette compétition n’était pas organisée par la Fédération, mais c’est un Comité d’organisation mis en place par le ministre des Sports. Le ministre m’a fait l’honneur de me porter à la tête dudit Comité. C’est le Comité local d’organisation qui doit rendre compte à la tutelle. Et nous avons fait un rapport que nous avons remis à l’autorité. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’on n’a pas pu tenir une Assemblée générale d’information à cause du coronavirus. Un Comité directeur a été même fixé pour déterminer la date de la tenue de l’Ag d’information pour parler de ce bilan. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas la tenir ; cela à, cause de l’interdiction des rassemblements. Les documents sont prêts et envoyés à qui de droit. Maintenant, l’Ag d’information se tiendra le moment venu et les informations seront transmises aux clubs.»
Pour la suite de la saison à l’arrêt depuis deux mois, le président de la Fsbb reconnaît «que ça va être extrêmement difficile de continuer la saison cette année». En attendant, les clubs continuent de supporter les charges financières liées par exemple au paiement des salaires. Sur ce chapitre, Me Ndiaye promet que la Fédé travaille sur un document qui sera soumis à la tutelle pour une subvention des clubs. «Nous ne sommes pas le football qui a reçu beaucoup d’argent de la Fifa. Mais nous sommes en train de travailler sur un document que nous allons soumettre au ministre des Sports pour demander une subvention afin d’aider les clubs qui ont souffert de la situation. La Fédération aussi a été impactée», annonce Me Ndiaye.
Au-delà des clubs, l’instance fédérale souffre également des effets de la pandémie du Covid-19 avec l’absence de sponsors. «Ce qui s’est passé cette année est extrêmement difficile pour la Fédération. Le virus est arrivé au moment où nous discutions avec nos partenaires sur les contrats de sponsoring. Nous n’avons signé aucun contrat et avons fonctionné sur fonds propres pendant les premières journées de championnat. Nous pensons que les discussions pourraient continuer avec les sponsors à la fin de cette pandémie. Certains ont manifesté le désir de tout renvoyer pour l’année prochaine, vu qu’il n’y a pas d’activités et qu’ils ont utilisé l’essentiel de leur budget dans la lutte contre le coronavirus», note-t-il.
Lequotidien Journal d’informations Générales

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de snap221
Charger plus dans À La Une

Laisser un commentaire

LIRE AUSSI

FC Barcelone : un nouveau club vole au secours d’Ousmane Dembélé

Que compte faire le FC Barcelone avec Ousmane Dembélé ? Les intentions de la formation cat…