Accueil Actualités Sida : première transmission d’une souche multirésistante du VIH

Sida : première transmission d’une souche multirésistante du VIH

5 min temps de lecture
0
0
25

Le CHU de Toulouse vient de détecter en France un cas de transmission d’une souche du VIH résistante à tous à les traitements antirétroviraux.

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (Sida). Présent chez environ 38 millions de personnes dans le monde selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le VIH s’attaque au système immunitaire, le « système de défense » de l’organisme contre les infections.

Si, à l’heure actuelle, aucun traitement ne permet d’éliminer à 100 % le VIH, les traitements antirétroviraux permettent de « bloquer » la multiplication du virus et ainsi de protéger le système immunitaire. Ces trithérapies ou multithérapies permettent également de réduire le risque de transmission du VIH.

Problème : le CHU de Toulouse a récemment détecté un premier cas français de transmission d’une souche du VIH résistante à tous les antirétroviraux classiques. Cette découverte, publiée à l’automne dernier dans la revue scientifique The Lancet, a été signalée à Santé Publique France.
« Il s’agit d’un événement unique (…) il n’y a pas de raisons de penser que cela va se diffuser »

Les deux patients vivent en région Occitanie. Le premier a 54 ans et a été diagnostiqué positif au VIH en 1995 ; le second est un jeune homme de 23 ans. Les deux hommes ne se connaissent pas :  » il y a donc au moins un maillon intermédiaire » entre eux, selon le Pr. Pierre Delobel, chef du service des maladies infectieuses du CHU de Toulouse et principal auteur de l’étude. Une alerte a été lancée auprès des laboratoires de la région pour identifier le (ou les) chaînon(s) manquant(s). Les deux patients sont, eux, sous surveillance.

Les autorités sanitaires se veulent aujourd’hui rassurantes : « il n’y a pas de raisons de penser que c’est le début d’une nouvelle transmission. Il s’agit d’un événement unique, que nous allons surveiller avec beaucoup d’attention, mais il n’y a pas de raisons de penser que cela va se diffuser » a réagi le Pr. Dabis, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), interrogé par nos confrères de 20 minutes.

À lire aussi :

VIH : un deuxième cas de guérison complète

Fake news : non, les bananes ne donnent pas le Sida

Au Pakistan, (au moins) 430 enfants contaminés par le virus du Sida

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

Bonjourdakar

Charger plus d'articles similaires
Charger plus de Khady Fall
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire